Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marie-Agnès Thulliez : Guérir des blocages émotionnels.

Cerveau, EMDR, Traumas, Stress, Angoisses, Manipulateurs, Pervers Narcissiques...

Enfants victimes d'abus sexuels: que faire ?


Quelle  conduite à tenir face à un enfant qui vous avoue avoir été victime d'abus sexuel ou de maltraitance ?


En vous parlant, l' enfant vous a fait confiance. Cette révélation vous met face à une responsablité tant morale que pénale. Cet abus ou cette maltraitance aura un impact considérable au cours de sa vie future.

1.  Accueillir et accepter ses propos

La réaction première d'un adulte face à de telles révélations est souvent de rejeter, refuser de croire, ne pas accepter, ou de penser que l'enfant raconte des histoires. Ce genre de révélations est difficile à croire, l'agresseur étant souvent un intime, proche ou un membre de la famille. Comment croire l'impensable ! Il est avant tout important de vous demander pourquoi l'enfant mentirait ?

Pensez-y, car la non reconnaissance et l'absence d'aide au niveau d'abus sexuels et de maltraitance entraîneront des conséquences graves et des troubles psychologiques importants pour son avenir. 

Il est important d'écouter ce que dit l'enfant, et non l'adulte, surtout si l'enfant évolue dans un climat familial difficile et conflictuel (divorce, conflits par rapport à la garde). Il est évidemment plus facile dans les situations difficiles de ne pas écouter ce que dit l'enfant, ou de le traiter de menteur, fabulateur etc...

Dans ce cas, consultez un professionnel qui pourra vous aider à y voir plus clair, et surtout laissez l'enfant s'exprimer sans intervenir et sans pression, dites lui simplement que vous le croyez.

- "
Je te crois". 

Car plus tard, l'enfant devenu adolescent ou adulte dira que sa plus grande souffrance a résidé dans le fait de l'avoir dit et de ne pas avoir été cru. 

- "
Je l'ai dit et on ne m'a pas cru" .



2.  
Mettre des mots sur ce qui s'est passé.


Après l' avoir écouté, il est important de de lui dire que l'on a commis un acte grave contre lui, que ce n'est pas de sa faute et qu'il n'est coupable de rien. Un enfant n'est pas un partenaire sexuel. Il est de la responsabilité de l'adulte de le protéger. Un abus sexuel sur enfant est un crime.
Lui faire remarquer qu'un enfant, petit et faible ne peut rien faire contre un adulte grand et plus fort, surtout si on lui a dit qu'il a "provoqué " l'adulte!

 - "
Ce n'est pas ta faute ". 

C'est important de lui parler avec des mots qu'il peut entendre et comprendre. Lui dire qu'on n'avait pas le droit de lui faire cela, que c'est interdit par la loi et la morale.

C'est important de rétablir la vérité, car l'agresseur à dû lui dire de ne rien dire, soit en le menaçant, soit en lui disant "si tu le dis, je vais aller en prison, "si tu m'aimes ne dit rien", "c'est de ta faute", ou "je vais te faire un cadeau", ou "c'est un secret entre toi et moi", etc.

- "
On n'avait pas le droit de te faire ça ". 

En parlant, l'enfant risque des représailles de l'agresseur, il faut lui dire qu'il est très courageux, et qu'il a raison de parler. Cela veut dire qu'il faut aussi le protéger et l'aider parce qu'il souffre et est en danger, pour qu'il ne soit plus à la merci de l'agresseur.

- "
tu as beaucoup de courage d'en parler ".

- " On va t'aider a en sortir ".



3.  Des associations et des professionnels sont là pour vous aider


Des associations spécialisées d'aide aux enfants et victimes d'abus sexuels et de maltraitance existent, elles pourront vous aiguiller vers les services adéquats. 

Vous n’'êtes pas seuls, d'autres avant vous ont eu le même parcours, faits les mêmes démarches. Expliquez lui que vous aurez besoin d'aide, rassurez-le et dites-lui que vous êtes avec lui, et qu'’il n'’est plus tout seul. 

Cherchez les coordonnées des associations à côté de chez-vous dans l'annuaire, sur internet ; la liste des avocats qui figurent sur les listes de la protection de l'’enfance ; la liste des centres et services d'accueil et de prise en charge des victimes de violences sexuelles ; la liste des consultations de soins spécialisés en psychotraumatologie.

- L'EMDR est une thérapie de choix dans le retraitement de la souffrance psychologique engendrée par l'abus ou la maltraitance. L'association EMDR Belgique regroupe les professionnels certifiés en belgique : www.emdrbelgium.be 


3.  Ce qui se dit autour de l'agression et qui peut faire douter des propos de l'enfant.


D'après les études faites sur les agressions sexuelles, il est extrêmement rare qu'’un jeune enfant mente sur l'agression sexuelle en elle même lors de la première révélation, mais il peut donner de fausses informations sur les détails qui entourent (endroit, fréquence, heure etc.)

Enregistrez ses déclarations dès le début, car les commentaires, pressions, reproches, accusations qui suivront inévitablement pourraient lui faire peur et le faire changer d'avis.


4. Conclusion

L'abus sexuel ou la maltraitance n'arrivent pas que chez les autres. Chez un enfant qui en est victime, cela s'accompagne souvent d'un changement dans son attitude (devient sale, agressif, triste, menteur, déprimé, refuse de se rendre chez l'agresseur, résultats scolaires en baisse, s'évade dans ses rêveries etc.

L'enfant qui en parle est dans un état de détresse profonde, et a besoin d'aide. Aussi, se sentir reconnu dans sa souffrance, cru par la personne en qui il a eu confiance pour trouver l'aide nécessaire afin d'en sortir est capital pour sa santé mentale future.
La reconnaissance de ces traumatismes majeurs chez l'enfant permettra de limiter considérablement les dégâts psychologiques et les conséquences pénalisantes qui découleraient du silence ou de l'absence de réaction pour le reste de sa vie.
 


Marie-Agnès Thulliez

 


Dans ce PDF, vous trouverez de nombreuses informations, ainsi que des adresses de centre et d'association d'aide en Belgique pour les enfants victimes d'abus et de maltraitance.

L'aide aux enfants victimes de maltraitances:

 http://www.yapaka.be/files/ta_guide.pdf.



 Autres articles de DE de Becker -
... le droit, sinon le devoir, de corriger ses enfants, la 
loi lui ... parents et des adultes en général d'être protégé des accidents et de ce qui ...... aux événements de 1996, Ouvrage collectif, O.N.E., Communauté française de Belgique... Gabel, M., (sous la direction de), Les enfants victimes d'abus sexuels...


Pour consulter les textes suivants, il suffit de se rendre sur le site : http://www.just.fgov.be/index_fr.htm


Loi du 13 avril 1995 relative aux abus sexuels à l’égard des mineurs qui insère de nouvelles dispositions concernant la prescription de l’action publique en cas de délits sexuels sur mineurs ainsi que des dispositions relatives à l’audition des mineurs victimes de certains délits.

 

- Le Parlement belge a adopté, le 23 mars 2000, une nouvelle disposition constitutionnelle (article 22 bis) relative aux droits de l’enfant en vue de garantir le respect de l’intégrité morale, physique et sexuelle des enfants, conformément à la recommandation de la Commission nationale contre l’exploitation sexuelle des enfants

- Récemment, la Belgique s’est également dotée d’une nouvelle loi relative à la protection pénale des mineurs, datée du 28 novembre 2000, qui, en matière d’exploitation sexuelle, complète les dispositions insérées dans le Code pénal belge en 1995. Il y a également un nouvel article 10 ter sur le principe d’extraterritorialité.
Cette loi est le fruit de recommandations de la Commission Nationale contre l’exploitation sexuelle des mineurs, mise en place en octobre 1996, suit à l’affaire Dutroux. Cette loi comporte deux éléments essentiels : l’aspect protection ainsi que la limite d’âge en matière de majorité sexuelle.

 

 

  1.  

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marie-Agnès Thulliez

Docteur en Sciences Neurocognitives, Psychotraumatologue, Praticien Sénior Certifié EMDR Europe.
Voir le profil de Marie-Agnès Thulliez sur le portail Overblog

Commenter cet article