Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marie-Agnès Thulliez : Guérir des blocages émotionnels.

Cerveau, EMDR, Traumas, Stress, Angoisses, Manipulateurs, Pervers Narcissiques...

Burn-out et dépression (cours vidéo +Test de Maslach )

Le burn-out…C’est quoi ?


Une explication du Douglas Institut, institut universitaire en santé mentale

le Douglas est affilié à l’Université McGill et à l’Organisation mondiale de la santé. Il est un chef de file international en soins, recherche et enseignement en santé mentale.
 

 


Le burn-out n’est pas un terme médical officiel ou un diagnostic dans le domaine de la santé mentale. Il s’agit d’un terme qui a été inventé pour décrire un état de fatigue ou une incapacité à fonctionner normalement dans le milieu de travail quand les demandes dépassent la capacité d'un individu à les recevoir.
 

De nos jours, la communauté scientifique n’arrive pas à s’entendre sur la façon de définir le burn-out. Certains le perçoivent comme un phénomène lié exclusivement au travail alors que d’autres l’associent à quelque chose de plus large.


Au sein de la population générale, le terme burn-out est comparable à n’importe quelle appellation courante. Elle évolue continuellement et se transforme dans le temps pour prendre une signification différente selon chaque personne. Certaines personnes, par exemple, utilisent le terme burn-out quand elles ont le sentiment de s’ennuyer dans leur emploi et qu’elles sont à la recherche de nouveaux défis. D’autres vont l’utiliser pour décrire une dépression majeure en raison du puissant symbole que cette notion véhicule.


De façon générale, nous employons le terme burn-out lorsque nous voulons décrire une incapacité à gérer la pression liée au travail.


 

La dépression…
 

 

La dépression est un phénomène complexe qui implique des mécanismes internes et des influences externes. On la diagnostique lorsqu’une personne présente une humeur dépressive (sentiment de tristesse, de vide, des pleurs, etc.), ou une perte d’intérêt ou de plaisir. Les symptômes se manifestent par des changements dans l’appétit, des difficultés de sommeil, soit de l’insomnie ou une tendance à trop dormir, de la fatigue excessive, de l’agitation, des sentiments d’inutilité, des difficultés de concentration, et par des pensées suicidaires ou des références récurrentes à la mort.

 

Il ne faut pas sauter aux conclusions si vous pensez vous reconnaître dans la liste de critères énumérés ci-dessus. Plusieurs situations de vie difficile peuvent nous amener à nous sentir ainsi de temps en temps. La question importante est liée au temps et à la durée. On considère qu’il s’agit d’une dépression quand les symptômes persistent plus de deux semaines et qu’ils sont suffisamment intenses pour causer d’importantes souffrances personnelles ou une incapacité à fonctionner normalement.


Burn-out ou dépression ?

Y a-t-il un lien entre le burn-out et la dépression?


Le burn-out est généralement perçu comme un problème lié au stress dans le milieu de travail, alors que la dépression est un phénomène plus complexe qui peut s’infiltrer dans toutes les sphères de notre vie. Mais est-il possible de séparer ces deux termes? Dans les faits, le burn-out et la dépression sont reliés de très près.


En théorie, il est possible de retrouver le burn-out de façon isolée. Tout le monde peut « se brûler » si l’on augmente constamment les demandes sans donner les moyens d’y répondre. Dans de tels cas, la personne reviendra rapidement à la normale si on la retire de la situation problématique.Il en va de même pour la dépression. Il se peut que ça n’ait rien à voir avec le travail ou le stress.

Généralement, une dépression majeure perdurera si l’individu demeure en poste ou qu’il reste à la maison.


Cependant, dans la plupart des cas il n’est pas aussi facile de faire une distinction entre les deux.

Prenons le cas d’une personne qui a un fort sentiment de responsabilité et une tendance à être perfectionniste. De telles personnes ont l’habitude de bien exécuter leur travail puisqu’elles se sentent mal à l’aise lorsqu’elles voient un travail brouillon ou incomplet. Par conséquent, elles entreprennent plusieurs tâches et elles livrent la marchandise.

Les employeurs et les collègues commencent alors à s’appuyer sur elles de plus en plus. Si elles arrivent ensuite au point où elles doivent se reposer, ne sentiront-elles pas qu’elles ont laissé tomber tout le monde? Ne seront-elles pas déprimées et n’éprouveront-elles pas un sentiment d’échec ?


Si nous observons ces traits de caractères dans le milieu de travail, est-il possible de les observer ailleurs également ? Se peut-il que ces personnes aient un sentiment d’échec lorsque leurs enfants éprouvent des difficultés à l’école ou si elles vivent un divorce, par exemple ?


La relation entre la dépression et le burn-out est très évidente dans les cas que nous pourrions décrire comme une pure dépression.

Les gens qui souffrent d’une dépression majeure vont se sentir agités, fatigués et avoir des difficultés de concentration. Ils ne ressentent aucune satisfaction et aucun plaisir, même lorsque la tâche est accomplie avec succès. Il n’est pas difficile d’imaginer que leur productivité en souffre. Même les tâches les plus simples se transforment en gros soucis.

Dans de tels cas, les pressions liées au travail font souvent déborder le vase. Le travail n’est pas la cause du problème mais devient un facteur déterminant qui mène à la dépression. L’incapacité de fonctionner au bureau amène ensuite la personne dépressive vers un sentiment d’échec et de culpabilité.


Est-ce important de savoir si c’est une dépression ou un Burn-out?

Pourquoi est-ce important?


Même si pour plusieurs personnes le terme burn-out est de moins en moins associé au stigmate de la dépression, l’étiquette utilisée est probablement moins importante que le désir de remettre leur vie en ordre.

Ainsi, le rôle des psychologues et des psychiatres demeure le même, que la personne consulte pour traiter une dépression ou un burn-out. Le professionnel doit évaluer les causes du problème afin de pouvoir les traiter.

Les facteurs externes peuvent être liés à des situations particulières ou un contexte plus général. Les facteurs internes peuvent être liés à des aspects biologiques ou à la personnalité.

Si une incapacité à se fixer des limites et un sentiment de responsabilité démesuré contribuent à créer un stress excessif au travail ou à des soucis personnels difficiles à gérer, cette incapacité doit tout de même être abordée en traitement.
 

Aidez-vous !

 


Vous n’êtes pas seul et vous n’êtes pas immunisé, le burn-out peut toucher tout le monde. Et le burn-out se soigne.
 

Que vous soyez actuellement en burn-out ou en dépression, ou les deux comme c’est souvent le cas, vous souffrirez à peu près de la même manière et tirerez tout de même profit d’obtenir un traitement.
 

Une chose est certaine, si rien ne change le problème ne disparaîtra pas tout seul. Cela peut être biochimique ou situationnel, cela peut impliquer une nouvelle attitude ou une nouvelle habileté, cela peut être aussi simple que faire le choix d’accepter votre ancienne situation telle qu’elle était mais sans essayer de lutter pour la changer cette fois. Quelque chose doit changer.



Les deux principales méthodes importantes de traitement sont: psychologique et pharmacologique. Sans égard à la cause, les deux méthodes de traitement peuvent être bénéfiques. Parfois, la combinaison des deux méthodes est la plus efficace.

Il est généralement recommandé d’utiliser une approche psychologique pour traiter une dépression légère à moyenne; la thérapie cognitive étant la plus populaire. Si la réponse n’est pas satisfaisante, une médication peut-être ajoutée.

Pour une dépression moyenne à sévère, on recommande de procéder dès le départ avec une combinaison d’antidépresseurs et de thérapie cognitive. En réalité, des éléments supplémentaires tels que l’attitude envers la médication ou la disponibilité de services de consultation psychologiques à bons prix jouent un rôle central dans le choix des traitements à donner.
 

Les antidépresseurs ciblent la chimie du cerveau. La plupart des gens qui prennent une médication se sentent moins préoccupés par les événements et arrivent à mieux gérer certaines situations.

La thérapie cognitive cherche à changer la façon dont nous interagissons avec le monde en nous enseignant de nouvelles habiletés ou en permettant d’examiner et de changer les attitudes qui affectent notre façon de réagir et d’interpréter les événements qui surviennent autour de nous.


N’attendez pas, consultez.



Test de Maslach sur le burn-out

Le Test de Maslach Burn out Inventory (MBI test) Les 22 phrases ci-dessous représentent des sentiments (ou des idées, des impressions) que l’on peut ...
www.medsyn.fr/perso/g.perrin/cyberdoc/doc/TestMaslach.htm


Camillo Zacchia, Ph.D



Le burn-out et la dépression, Camillo Zacchia, Ph.D. (questions/réponses) « Au bout du rouleau : le burn-out et la dépression. » École Mini Psy 2007 (en français): www.douglas.qc.ca/mini-psych *...


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marie-Agnès Thulliez

Docteur en Sciences Neurocognitives, Psychotraumatologue, Praticien Sénior Certifié EMDR Europe.
Voir le profil de Marie-Agnès Thulliez sur le portail Overblog

Commenter cet article